Débat Aéroport – Intervention PS – CM extraordinaire du 04/07/2019

Débat Aéroport – Intervention PS – CM extraordinaire du 04/07/2019

Après avoir renoncé en janvier 2018 à transférer l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes, l’Etat organise jusqu’à la fin du mois de juillet une concertation sur le réaménagement de la plateforme aéroportuaire. Mais on l’a bien compris, les collectivités locales ne seront en aucun cas décisionnaires sur ce dossier.

Les élus et les militants socialistes étaient, dans leur grande majorité, des partisans de longue date du transfert de l’aéroport. Cela avait été voté d’ailleurs dans cette même salle, par une majorité du conseil municipal. Nous avons partagé la colère des Bouguenaisiens suite à l’abandon de ce projet, pourtant approuvé par la population à Bouguenais comme sur l’ensemble du département.

Sur la forme, quelle confiance pouvons-nous accorder à cette concertation ? A notre sens : aucune. En effet, nous avons un peu de mémoire. Nous nous souvenons par exemple d’une consultation donnant plus de 55% des votants en faveur d’un transfert non suivi d’effet. Nous nous rappelons aussi d’un rapport dit « de médiateurs », instruit uniquement à charge et truffé d’erreurs et d’approximations : ils envisageaient notamment un réaménagement de Nantes Atlantique en 2 ans.

Ensuite, la concertation qui se déroule aujourd’hui s’appuie sur un dossier élaboré par la Direction Générale de l’Aviation Civile qui veut nous convaincre que ce qui était absolument impossible selon elle en 2013 l’est aujourd’hui. Ce dossier propose des hypothèses peu ou pas argumentées, illustrées par des schémas souvent approximatifs.

Enfin cette concertation est menée sur 2 mois, juin et juillet. C’est peut-être une bonne période du point de vue de l’Etat mais pas forcément du point de vue des riverains.

Malgré tout, nous voulons espérer que la neutralité de la CNDP lui permettra de dire qu’elle a entendu, au moins dans les communes concernées, l’expression des citoyens concernant la nécessité d’un transfert de l’aéroport.

Sur le fond, le texte présenté ce soir est un compromis, qui intègre l’ensemble des sensibilités de notre conseil municipal. Nous avons travaillé et accepté ce texte parce qu’il porte sur des points sur lesquels nous ne sommes pas en désaccord, et parce nous pensons que, dans cette période, l’unité de notre conseil ainsi que la solidarité entre les communes impactées par le maintien de l’aéroport sont absolument nécessaires.

Pour autant nous jugeons le périmètre de la concertation trop restreint, les abords et les accès à l’aéroport sont oubliés. On entend ainsi une petite musique favorable à un réaménagement de la ligne SNCF Nantes/Pornic… Merci pour les riverains résidants le long de cette voie qui, non contents d’être survolés par de plus en plus d’avions, devraient par ailleurs subir un trafic TER supplémentaire !

Nous jugeons également que l’hypothèse d’un transfert aurait dû être posée. Ne serait-ce que pour soigner la schizophrénie de l’Etat dont les schémas directeurs intègrent toujours un aéroport entre Nantes et Rennes. Mais surtout parce que, compte tenu de la configuration de Nantes Atlantique, sa nécessité ne fera que se renforcer avec le temps.

Le transport aérien est un outil d’ouverture sur le monde, de développement économique. Il est créateur d’emplois. N’oublions pas que c’est à Bouguenais que se construisent en partie les Airbus qui font notre fierté et entrainent une forte activité de production et de recherche. Mais cela ne nous empêche pas de réclamer la fin de l’exemption de taxe sur le Kérosène, une politique volontariste pour la recherche au profit d’avions toujours moins bruyants et moins polluants et une politique de développement du ferroviaire sur les lignes, alternative aux transports aériens et surtout routiers particulièrement polluants. Ces décisions sont du ressort de l’Etat, voire d’accords internationaux : elles supposent une prise de conscience à cette échelle, alors même que les collectivités locales ont déjà largement intégré les questions d’environnement dans leur développement.

Nous vivons ici : nous connaissons notre territoire, celui de la commune comme de la métropole, son dynamisme économique et sa qualité de vie. Depuis des décennies, certains parient sur la fin du transport aérien, la baisse du trafic, pour expliquer que la situation pourrait demeurer supportable pour les habitants survolés alors qu’elle ne l’est plus depuis longtemps. Aujourd’hui le pari s’avère perdu. L’évolution du trafic a démenti ces prévisions, toutes largement et régulièrement dépassées.

Pour l’avenir, nous sommes donc réalistes : les nuisances dont sont victimes de très nombreux habitants nécessitent une protection efficace des riverains. Mais si l’on ajoute les besoins de notre territoire, excentré sur la carte européenne, cela nous conduit à réclamer également dès à présent le lancement par l’Etat d’études visant à transférer la plateforme. C’est ce qu’ont exprimé fortement les citoyens à l’occasion des ateliers organisés par l’Etat le 12 juin dernier à la salle de sport des Belians. Un tel projet réclame beaucoup de temps et d’échanges : ne tardons pas à y travailler de peur que plus tard ne soit définitivement trop tard pour les Bouguenaisiens.

INTERVENTION DE CHRYSTÈLE MALARD, AU NOM DU GROUPE SOCIALISTE LE 4 JUILLET 2019, DURANT LE CONSEIL MUNICIPAL.