Conflit israélo-palestinien : rompre le cycle des violences.

Conflit israélo-palestinien : rompre le cycle des violences.

Au moment où nous écrivons ces lignes, la Palestine est à nouveau en proie à de vives tensions. Le 30 mars, à l’occasion de la marche du retour, des habitants de Gaza se sont approchés à quelques centaines de mètres de la clôture les séparant de l’état hébreu pour dénoncer le blocus de la ville. L’armée israélienne a ouvert le feu. Le bilan est lourd : 17 Palestiniens ont été tués et plus de 1400 ont été blessés (dont près de 800 par balles).

Le choix de répondre à un mouvement civil de protestation non violent et politique par des moyens purement militaires illustre la stratégie de la tension mise en place par l’actuel gouvernement israélien, décrit comme le plus à droite de l’histoire du pays. Une attitude encouragée hélas par la décision du président des État-Unis de déplacer le 15 mai son ambassade à Jérusalem, à l’occasion du 70èmeanniversaire de l’État d’Israël. Il reconnaît ainsi la ville comme la capitale de ce seul état.

Ceci ne fait qu’aggraver les tensions et repousser l’espoir d’une paix durable. En ces heures sombres, nous pensons à nos amis d’Anabta avec lesquels Bouguenais entretient des liens fort de fraternité. Nous réaffirmons notre demande de reconnaissance de l’État palestinien, conformément à la résolution adoptée par l’Assemblée Nationale fin 2014.

LES EXPRESSIONS du Parti socialiste Bouguenais – MENSUEL de BOUGUENAIS MAI 2018