L’État et le Grand Ouest : la tentation de l’abandon ?

L’État et le Grand Ouest : la tentation de l’abandon ?

Dès le début de ce quinquennat, nous doutions : le Président nous semblait bien loin des attentes des habitants et des collectivités en matière d’aménagement de notre territoire.

Il paraissait décidé à poursuivre les opérations de racket sur les budgets locaux, ajoutant les locataires modestes et les retraités à ses cibles. Et tout cela dans le but d’arrondir encore les fins de mois des français les plus fortunés. Bref, une politique de droite assumée.

Mais le gouvernement imprime à présent sa marque en délaissant sa mission d’aménagement des territoires.

Après l’abandon d’un projet d’aéroport du Grand Ouest pourtant attendu par nos régions, le voilà maintenant qui se prépare à vendre les aéroports parisiens (lesquels lui apportent pourtant de confortables dividendes).

Même attitude en ce qui concerne les chemins de fer : l’État promettait, il y a trois mois, de rapprocher Nantes de Paris par le train et voilà qu’il travaille au démantèlement du réseau ferré. Nos collectivités devront absorber les coûts des « petites » lignes ou en assumer leurs fermetures, comme par exemple la ligne « Nantes-Pornic », maillon essentiel qui permettrait de diminuer le trafic automobile à Bouguenais. Quant à l’ouverture à la concurrence que l’on nous prépare, l’Angleterre est là pour nous montrer à quoi elle conduit : des tarifs qui explosent à mesure que la qualité de service déraille.

LES EXPRESSIONS du Parti socialiste Bouguenais – MENSUEL de BOUGUENAIS AVRIL 2018