Communiqué de Presse en réponse à l’article du 20 février 2018 dans Presse-Océan

Communiqué de Presse en réponse à l’article du 20 février 2018 dans Presse-Océan

Dans l’édition de Presse Océan du 20 février dernier, Françoise Verchère se permet une nouvelle fois de faire la leçon en revenant sur une décennie où, à l’en croire, les élus n’auraient rien fait pour améliorer la situation des habitants des Couëts survolés par les avions.

 

Elle prétend que peu a été fait depuis 10 ans pour améliorer la situation des habitants ? La vérité, c’est qu’il a fallu attendre son départ de la mairie pour qu’enfin le conseil municipal puisse se prononcer sur le projet de transfert, après débat public. C’était en 2009 et le projet a été approuvé à une très large majorité.

 

La municipalité de Bouguenais a, depuis, lors, toujours défendu ce transfert qui est, chacun en conviendra, la solution la plus évidente pour lutter contre les nuisances sonores subies par les Bouguenaisiens.

 

Françoise Verchère s’est engagée contre le transfert de l’aéroport. C’était son droit. Mais maintenant ? Croyait-elle possible de conserver un aéroport sans avion ? Pourquoi venir, une fois ce projet abandonné, plaindre les habitants des Couëts et accuser les élus de la commune ? Cela ne trompe personne.

 

Depuis 2009, et particulièrement les cinq dernières années, l’aéroport de Nantes Atlantique a enregistré une augmentation des mouvements significative (+ 17000) et plus que doublé son nombre de passagers. Les avions ont certes évolué… mais cela n’améliore pas la gêne sonore subie, en particulier à l’atterrissage. Les nuisances se sont donc accrues.

 

Consultée régulièrement, la mairie de Bouguenais a toujours donné son accord aux dossiers des habitants qui ont pu avoir recours aux dispositifs d’insonorisation de leur logement. Cette prise en charge ne reste toutefois que partielle (80% de prise en charge seulement depuis 2015 suite à une décision du gouvernement contre laquelle la commune a immédiatement protesté.

 

Mais même si nous obtenions une prise en charge à 100%, cette mesure ne serait que palliative. En effet, nul n’imagine vivre enfermé chez lui d’avril à octobre, au pic du trafic ! Les habitants des Couëts ne s’y trompaient d’ailleurs pas, qui souhaitaient à une large majorité le départ de l’aéroport (vote à plus de 60% lors de la consultation de juin 2016)

 

A présent que le gouvernement a écarté le transfert, le zonage de bruit va être revu (il était jusque-là prorogé par l’Etat dans l’attente d’un transfert considéré comme imminent).

 

Pour autant, nous doutons que l’hypothétique réaménagement de Nantes Atlantique apporte une amélioration significative de cette situation. Nous réaffirmons notre engagement total pour que le renoncement de l’Etat ne conduise pas à une détérioration de la qualité de vie des Bouguenaisiens.

 

Communiqué de presse des groupes élus PS et PC de Bouguenais