Un tour de passe-passe perdant pour les locataires modestes.

Un tour de passe-passe perdant pour les locataires modestes.

« Il faut prendre l’argent là où il se trouve : chez les pauvres. D’accord, ils n’en ont pas beaucoup, mais ils sont si nombreux ! » Qui aurait pu penser que cette phrase d’Alphonse Allais inspirerait un jour la politique d’un gouvernement  » ni de droite ni de gauche » ? Et de fait, c’est bien un gouvernement de droite décomplexé qui est à l’oeuvre depuis des mois. Pour quelques-uns, c’est Noël : les contributeurs de l’impôt sur la fortune (ISF) récupèrent plus de 3 milliards d’euros. Pour des millions d’autres, c’est le rabot, avec notamment la baisse ( APL) des aides personnalisées au logement.

Et sur cette question du logement, le gouvernement a manifestement de la suite dans les idées : le voilà qui demande aux bailleurs sociaux de compenser la retenue effectuée sur les APL par une baisse des loyers… et donc des recettes correspondantes.

Manipulation choquante qui consiste à tenter de transférer le mécontentement des locataires sur les bailleurs sociaux ( les bailleurs du parc privé, eux, ne sont pas mis à contribution).

A l’arrivée, c’est bien l’Etat qui fait des économies, en empêchant les bailleurs sociaux d’investir, donc de construire et de réhabiliter les logements qui accueillent des familles aux revenus limités. Ce sont donc les plus modestes qui, in fine, paieront deux fois les choix d’Emmanuel Macron et de son premier ministre : moins d’aides, moins de logements. Une injustice insupportable alors même que se loger représente un coût de plus en plus important pour de nombreux habitants.

LES EXPRESSIONS du Parti socialiste Bouguenais – MENSUEL de BOUGUENAIS DECEMBRE 2017