Budget informatique boulimique ? intervention de la majorité municipale

Budget informatique boulimique ? intervention de la majorité municipale

En réponse au groupe Bouguenais Agir Solidaires

« Le budget d’investissement informatique est similaire à celui de 2016, en incluant, et c’est nouveau cette année, 190 000 € pour les systèmes d’impression de la ville et des écoles, soit environ 40% du budget informatique (nouveau périmètre en 2017).

 

Nous avons investi 38 000 € en matériels et logiciels de sécurité pour 3 ans : nous répondons ainsi aux recommandations de la CNIL et à la directive européenne d’octobre 2016, applicable cette année, sur la protection des données. A titre d’exemple, le serveur de messagerie de la ville a reçu 40.000 Email en février 2017, dont 60% étaient suspects ou frauduleux, heureusement que nous les surveillons et les bloquons en amont !

 

Depuis 2014, la majorité municipale a décidé de renouveler, moderniser et sécuriser son système d’information :

– au bénéfice des agents (eux-mêmes au service des habitants)

– au bénéfice directement de la population (téléprocédure pour payer la cantine, les inscriptions aux éTAPes, l’école de musique…tout en conservant des services publics de proximité)

– et enfin au bénéfice des écoles (ce qui est plébiscité par les enseignants)

 

Que proposez vous ?

– d’enlever les ordinateurs fond de classe dans les écoles ?

– de couper les lignes ADSL du PIJ, du service emploi ou du cybercentre ?

– de ne pas sécuriser le fichier des listes électorales ?

– de couper le téléphone sur les sites distants ?

– d’enlever les outils de travail numérique du service communication ?

– ou alors d’enlever les imprimantes du service état civil ?

 

Pour rappel :

Le système d’information de la ville, ce sont : 350 ordinateurs dans les bureaux de la ville, 300 autres dans les écoles, 9 sites distants reliés en permanence à la mairie principale, 600 utilisateurs, 350 boîtes aux lettres, 25.000 Go de données traitées, 2 x 40.000 Go de fichiers sauvegardés tous les jours, 80 serveurs virtuels, 135 lignes de téléphone mobile et 240 lignes fixes, 6 groupes scolaires informatisés, 30 sites secondaires connectés en ASDL, 68 applications partagées, 70 imprimantes, 34 photocopieurs, 40 TBI, 3 autocommutateurs, 42 baies de distribution, et 6 agents pour gérer et superviser les équipements, former les agents et dépanner les utilisateurs. »

Intervention au Conseil Municipal du 30 mars 2017, de François Quairé, conseiller municipal majorité, référent numérique.